16 juin 2015

Les curiosités du mois #5 : mai - du feu, de l'industriel et de la dégustation.

http://la-rubrique-a-brac.blogspot.fr/2015/06/les-curiosites-du-mois-5-mai-du-feu-de.html#more

Et c'est avec pas moins de quinze bons jours de retard que je me rend compte que j'ai juste totalement zappé les curiosités du mois de mai. *applause* (Sans parler du fait que je n'ai même pas de bonne excuse style emploi du temps de ministre ou nuit charrette pour le boulot puisque j'ai juste passé les quinze derniers jours à me dorer la pilule sur les plages désertes de catalogne - C'est ce qui s'appelle tendre le bâton pour se faire battre). En attendant, c'est avec un enthousiasme non dissimulé que je viens te présenter aujourd'hui les quelques tueries qui ont fait vibrer mon mois de mai / début juin (tant qu'à faire, autant rattraper le temps perdu).
-----------------------------------------------------------------------------------------------------

True detective

C'est complètement anéantie que je termine la première saison de l'un des nombreux bijoux signé HBO, merci les mecs. On avait l'habitude d'en prendre plein la gueule avec la plupart des séries qu'ils diffusent et réprimer comme une envie de chialer à chaque fin de saison (je redoute le moment où il me faudra attaquer la saison 5 de GOT, et oui je sais que je suis à la bourre), mais il faut se rendre à l'évidence : True detective m'a mis la claque du siècle. Entre un jeu d'acteur de bataw (McConaughey et Harrelson : ma nouvelle religion) et un scénario ultra efficace, la 1ère saison peut se venter d'un accueil critique plus que positif. Pour te la faire courte, le premier qui répond CTB : dehors l'histoire narre l'enquête de deux flics chargés de résoudre le meurtre glauquissime d'une jeune donzelle retrouvée en pleine forêt, coiffée de bois de cerfs et tatouée de dessins sataniques. Pour le reste j'suis cool je spoile pas, mais sur la tête de mon premier doudou, VA VOIR, ça en vaut clairement le détour.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------


La Dégustabox

Détendons un peu l'atmosphère, parce que suivre les deux monstres de l'écran mener l'enquête dans le bayou en retenant sa respiration, ça creuse. Je ne suis généralement pas une grande fan des box mensuelles, notamment les trucs de beauté / cosmétiques / bijoux, toussa toussa (et encore moins quand on voit le taux de déception sur la blogo) ça revient plus ou moins - de mon point de vue - à foutre en l'air son PEL à grand coup de pioche. Puis, j'ai aperçu cette petite merveille. Et en tant que fidèle membre actif de la #teambouboule, mon sang n'a évidemment fait qu'un tour. La Dégustabox comme tu l'as probablement deviné, n'est autre qu'une box de dégustation de produits alimentaires exclusifs. Le topo : tu débourses 15,99€ par mois pour recevoir une boite full of mets délicieux, renfermant entre dix et quinze produits inédits. Le prix de deux domac. Pour de la bonne bouffe. Livrée. Chez toi. Voilà.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------


Feu, 1er album solo du Fennec

Pour résumer la chose, le risque de ce 1er album de Nekfeu résidait dans le fait qu'il était tant attendu, meilleur moyen de se planter et ne pas satisfaire son public. Mais contrairement à toute attente (enfin du moins à la mienne)... Grosse surprise lors de sa sortie du 8 Juin. Le Mr. nous présente un nouveau genre de rap français, plus chanté, musical, et mélodieux. Si l'on peut lui reprocher de retrouver tout au long de l'album un sujet dangereux parce que revisité des centaines de fois et méprisé par le rap underground (l'amour), on ne peut lui enlever le fait qu'il le traite sans niaiseries - tâche compliquée - en parlant également des relations amicales. Pour finir, on retrouve bien Nekfeu pour ce jeu sonore qui fait sa particularité : faire de sa voix un instrument, ce truc que l'on retrouve souvent chez les rappeurs anglophones mais assez rarement chez les français, une capacité à jouer avec la consonance des mots.

.
Bref, relativement compliqué d'exposer une critique musicale un minimum constructive en quelques lignes, mais ce qu'il y a à retenir : une bonne pépite, à écouter d'urgence, tout du moins par curiosité, ne serait-ce que pour le débit mélodieux du fennec dont on ne se lasse pas, le nombre finalement assez important de morceaux addictifs, et ses nombreuses collaborations assez inattendues (coucou Ed Sheeran qui fait sont apparition au milieu de Nemir, Sneazzy et autres incônes du rap français actuel).

-----------------------------------------------------------------------------------------------------


Sostrene Grene

Histoire de détendre un peu l'atmosphère et se laisser lentement gagner par les futilités agréables de la déco d'intérieur, je ne pouvais pas passer à côté d'une rapide présentation de la boutique la plus addictive de l'histoire de l'humanité. Ouais, au moins à ce point. C'est ma potesse géniale Camcam (coucou Doitwithrose) qui a commencé à m'en parler, et... comment te dire. 

Leur instagram aux tons de déco  industrielle, leur site full of tutos, DIY et bonnes astuces, toutes ces choses là font de la cucul-pinterest-addict qui sommeille en moi une Valérie Damidot du vingt mètres carré.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------

En espérant que cette micro sélection t'aie autant tapé dans l'œil qu'à moi, et en attendant de se retrouver pour de nouveaux DIY / astuces / débats / que sais-je, tu peux me rejoindre sur les réseaux sociaux, promis, on s'y marre bien !



Rubriquabraquement vôtre,
Alba